Entretien avec P.Y. Bigot, directeur de l’épreuve

Pierre-Yves Bigot et son équipe
Pierre-Yves Bigot (ici à droite) et son équipe

Depuis 2016 l’Aviron Bayonnais Triathlon organise, avec d’aide de l’Urkirolak Triathlon, le Triathlon des Corsaires à Ciboure-Socoa. L’épreuve accueille des concurrents de tous niveaux et de toutes provenances, un défi et une responsabilité relevés par Pierre-Yves Bigot qui nous dévoile l’épreuve et son déroulé.

Il y a toute une équipe qui travaille depuis le début de l’année sur l’événement.

Comment s’annonce cette 9e édition ? Les athlètes ont-ils répondu présents ?
« Cette édition se présente bien. Nous sommes prêts à accueillir prés de 800 triathlètes. Les courses XS et M sont pleines depuis plusieurs jours.
Il ne reste qu’a attendre le soleil (comme ces deux dernières années), et la fête sera parfaite. »

Cela fait 3 ans que tu es le régisseur de l’épreuve. En quoi consiste ta tâche ?
« Je veille à ce que l’organisation avance au fil des semaines. Il y a toute une équipe qui travaille depuis le début de l’année sur l’événement. Je valide également tous les éléments administratifs (sécurité course, relation sous préfecture, validation parcours,…). »

L’organisation d’un tel événement est fastidieuse et une équipe s’est formée autour de toi. Qui en est et avec quelles charges ?
« Il y a une équipe importante de bénévoles qui est déjà à l’œuvre : Sébastien qui s’occupe des nombreux lots et trophées, Potto qui gère les inscriptions depuis l’ouverture fin janvier. Il y a également Benjamin, Cédric, Anne Laure, Némo, Benoit P., Fred M., Vincent, Pauline, Cristina,… qui s’occupent de la logistique, préparation des parcours, traduction, communication, etc. »

On sait, d’un point de vue sportif et surtout triathlète, que l’épreuve est d’importance. Mais est-ce facile de décrocher des partenaires ?
« Non ce n’est pas facile. On communique un maximum sur le web avec Fred, puis Benjamin s’occupe de démarcher des sponsors. Les adhérents du club ont également trouvé des partenaires. Pour le moment, le résultat est là puisque nous avons environ une dizaine de sponsors pour l’épreuve. »

Des conditions différentes

Globalement, peut-on s’attendre à des nouveautés cette année sur l’épreuve ?
« La nouveauté, depuis 2 ans, s’affiche avec les 3 courses jeunes (6/9 ans, 8/11 ans et 10/13 ans). Il y a peu de courses jeunes dans la région. De plus nous avons une école de triathlon qui fonctionne très bien (50 jeunes). On a donc décidé de créer ces 3 courses afin que les jeunes puissent s’amuser sur ce magnifique parcours. Surtout que les courses jeunes font partie du challenge Aquitaine « Écoles de triathlon ». »

Concernant la natation, les coefficients de marée seront importants le jour de l’épreuve avec 99 en moyenne, donc un fort marnage. Quel impact cela aura-t-il sur les épreuves ? (pour info : marée haute 13h04, marée basse 19h24)
« L’impact sera déjà visuel. Nous aurons un paysage magnifique à marée basse. Pour les épreuves, notamment pour les enfants qui vont nager à marée basse, la transition natation/vélo sera plus longue que les années précédentes. Nous avons donc décidé d’adapter le parcours course à pied. »

Le parcours vélo a changé. Peux-tu nous expliquer les modifications ?
« Des contraintes réglementaires nous obligent à diminuer de 3km le parcours vélo du XS. Et pour le M, il y aura 4 boucles de 10 km à réaliser au lieu de 3 de 13km. »

En fin, le trajet course à pied reste identique à l’an passé. On sait que beaucoup de badauds se promènent sur le promontoire durant la course. As-tu des préconisations particulières à donner pour réussir sa course ?
« Le parcours CAP emprunte la voie piétonne qui longue la baie. Celle-ci est très fréquentée car elle est magnifique. Il faut donc partager ce plaisir avec les piétons en restant attentif et courtois. »

Un grand merci à Pierre-Yves et tous les bénévoles pour leur implication. Et un grand merci, par avance, à tous les concurrents qui animent cette belle journée.

Crédit photos : Web+1

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :